L'horreur des tranchées 1914-1918,

avec le 50° RI de Périgueux engagé dans

la 3° bataille de l'Artois à Neuville Saint-Vaast

Rétrospéctive de la guerre 1914-1918

Clic sur l'image pour voir la vidéo.

Né le 9 août 1891 à Créon d'Armagnac, Pierre justin Téchené fera partie de cette génération qui connaîtra les deux guerres les plus horribles de l'histoire du monde.

 

28 juin 1914 : l'archiduc héritier François Ferdinand est assassiné à Sarajevo. Un mois aprés, tous les hommes français sont mobilisés pour une guerre qui allait faire basculer le monde dans l'horreur.

 

C'est ainsi que le jeune Pierre Justin Téchené alors qu'il etait au régiment à partir de 1912, est transféré comme grenadier sur

le front en 1914.

Soldat trés énergique, il est nommé caporal à la cinquième compagnie du 50è régiment d'infanterie de Périgueux.

Ce régiment est incorporé dans la 24° division lors des combats dans l'Artois.

Il est blessé grièvement une première fois le 19 octobre 1915 lors de l'engagement du 50°RI dans l'offensive de diversion du 14 au nord de Neuville Saint Vaast (Pas de Calais) , vers "la ferme de la folie" en direction de Vimy. Offensive planifiée par les généraux Foch et Urbal.

Pendant ces dix-huit jours de combat, sur un front que les attaques précédentes avaient amené l'ennemi à renforcer puissamment, la 10e Armée a enlevé la première ligne allemande sur une largeur de 9 kilomètres environ, le terrain gagné atteignant parfois en profondeur 2 kilomètres, mais la valeur de ce terrain importe plus que son étendue. La vallée de la "Souchez" dépassée, le 50e régiment d’infanterie prend pocession des crêtes 119 -140 au bois de Givenchy. Ce sont là des résultats précieux pour l'état major, qui permettent d'entrevoir comme fructueuse la poursuite des opérations. Néanmoins, par son importance et sa vigueur, cette offensive d'Artois, bien que secondaire, a rempli son but en faisant une diversion puissante au profit des Armées alliées et de l'attaque principale qui se développait en Champagne à Verdun.

Pierre Téchené sera blessé une seconde fois le 28 janvier 1916 (17 blessures cumulées) à Neuville-Saint-Vaast dans l'Artois en voulant récupérer une grenade allemande pour la renvoyer. Il est évacué et devra être amputé de l'avant bras droit. Il séjournera du côté de Berk sur plage pour sa convalescence.

Il se bat contre son handicap et réapprend à écrire avec la main gauche. Il est réformé définitif à 85% d'incapacité, et renvoyé dans son foyer le premier septembre 1916.

Il recevra le 1 février 1916 la médaille militaire et la croix de guerre avec palmes de la part du grand quartier général avec signature du Maréchal Joffre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Détails sur janvier 1916 sur le front, avant la dernière blessure de Pierre Téchené du 28.01

  • 11 janvier.- M. Poincaré, Président de la République, a visité les premières positions en face de Liévin, puis Neuville-Saint-Vaast. Puis, il a visité Arras et les tranchées de première ligne qui défendent la ville à l’Est.

  • 24-25 janvier.- Attaque allemande à l'Est de Neuville-Saint-Vaast avec explosion de mines.

 

 

Extrait du grand quartier général des armées :

 

Ordre N°2388

La médaille MILITAIRE a été conférée au militaire TECHENE Pierre 3761 Caporal à la 5e compagnie du 50e régiment d'infanterie

" Excellent gradé, trés énergique. Blessé grièvement le 28 janvier 1916, en défendant, en tête de ses grenadiers, l'accès d'une position récemment conquise"

La présente nomination comporte l'attribution de la CROIX de GUERRE avec PALME.

 

                                                                                                                        Signature : J.JOFFRE

Original du document trop abîmé pour être diffusé sur internet.

 

La guerre terminée, il revient à Parleboscq (40) où bien que grand mutilé, il remet en valeur une petite propriété abandonnée à côté de l'église d' Esperous.

Plus tard, il prendra en charge le secrétariat de la mairie de sa commune.

Quelques temps après, il fera l'acquisition de la recette buraliste de Gabarret au titre d'ancien combattant et se fixera au chef lieu de canton, dans l'ancien restaurant "Deche"oû pendant trente ans ses amis fidèles y disputeront, chaque soir la belote.

La vie s'écoulait doucement, loin de l'horreur de la guerre, jusqu'à l'invasion de l'armée allemande en 1940. Et l'histoire continue...

 

 

Sources :

50° Régiment d'Infanterie de Périgueux et 24° Division d'Infanterie.

"Guide cyclotouristique des hauts lieux de la grande guerre en Artois".

Projet de l'Association Noel 14 et de la Communauté Urbaine d'Arras.

A noter que certains faits mentionnés sur ce site, sont incomplets, par manque d'information.

Clic sur les images pour plus d'informations sur les batailles en Artois.

50° RI en 1914 -1918

Fraternisation noël 1914 à Neuville Saint Vaast.

Un acte de paix incroyable qui marquera cette époque sur l'ensemble du front.

Clic sur l'image pour voir la vidéo.

La vie des poilus dans les tranchées

Unknown Track - Unknown Artist
00:00 / 00:00
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now